Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Le testament du bonheur

Le testament du bonheur

Le testament du bonheur, Robert Colonna d'Istria, Éd. du Rocher, 2016...

Comme dit dans la préface, ce livre n'est ni un roman, ni un essai, ni du théâtre, ni de la poésie, encore moins un dictionnaire ou une encyclopédie, non rien de tout cela, ce livre est un recueil de critiques littéraires. Cinquante-deux critiques de livres réunies en un seul ouvrage. Avec une particularité : ces livres n'existent pas. Robert Colonna d'Istria écrit donc sur des livres eux-mêmes non-écrits, sur des auteurs inventés. Et l'idée finale qui clôt l'exercice en beauté : les lecteurs votent pour le livre qu'ils aimeraient lire et l'éditeur s'engage à le publier !

Bon, on ne va pas se mentir, l'idée est géniale du début à la fin. Je me suis pris au jeu dès le début, dès la préface, et pourtant d'habitude, les préfaces ce n'est pas mon truc -quoique avec l'âge, je les lis de plus en plus et y trouve souvent beaucoup d'intérêt.

Évidemment, les questions qui me taraudent c'est comment écrire une bonne chronique sur un livre, mais d'abord à quoi reconnaître un bon livre et qu'est-ce qu'un bon livre ? Pourquoi un écrivain prend-il la plume ? Qu'a-t-il à raconter qu'on ne sache déjà ? Comment le fait-il, avec élégance, style, originalité, avec pédanterie, en plagiant, ... ?

Pas mal d'humour et de détachement de la part de Robert Colonna d'Istria qui écrit donc sur ces cinquante-deux bouquins. Il joue avec les noms des auteurs qui semblent tous être -je n'en ai pas vérifié l'entièreté- des anagrammes de son propre nom, preuve s'il en fallait une qu'il est à la fois auteur et critique des ces œuvres pas encore nées. Il joue également avec le thème, comme cet auteur Don Isabel Torr-Catrion qui publie un guide des meilleurs restaurants... imaginaires, guide évidemment imaginaire lui aussi. Et qui est ce Bessaguet, personnage récurrent dont on ne connaît pas grand chose mais qui fait autorité dans pas mal de domaines ?

Loin d'être élitiste, son ouvrage s'adresse à tous et donne envie de découvrir certains des livres critiqués -que le vote sera dur ! Il commence très fort avec plusieurs qui me plaisent véritablement : Antonio Barlits-Records écrit des textes sur les grands auteurs qui finissent avec des mots inventés, des néologismes à peine compréhensibles mais qui apportent un rythme et du son. Ron-Aristote Binoclard reprend à son compte une anecdote racontée par Michel Déon pour en faire un roman. Orso Breton-Ti-Cardinal écrivain peu connu publie son journal finalement peu original mais d'une grande liberté. Tristan-Odilon Orbarec écrit lui sur l'attente, la contemplation pendant qu'Ariston Broint d'Arcole entreprend la biographie d'un homme de l'ombre, L'illustre Méconnu, de laquellle je tire cet extrait qui me ravit : "Être né à Romorantin n'est pas donné à tout le monde. C'est le premier cadeau que le personnage d'Ariston Broint d'Arcole reçut de ses parents. Il est né dans cette bourgade solognote, au quartier de la Tuilerie, le 11 novembre 1918 : la Première Guerre mondiale finissait, il commençait. Le reste de sa vie ne fut ainsi qu'une suite de bienheureux hasards. Certains ont le don d'être là au bon moment." (p.58).

Parfois cependant, il tombe dans certains travers qu'il décrit si bien : "Sous l'étiquette de "livre", il a réuni un fatras informe, désordonné, qu'il a dû estimer spirituel mais est en réalité lassant." (p.117). "Vaille que vaille on y trouve sa petite musique, monotone -au sens propre, qui joue toujours sur les mêmes tons-, comme un solo mélancolique, désuet et vaillant, qui parfois tourne sur lui-même..." (p.122) La critique est dure et sûrement trop pour le livre de Robert Colonna d'Istria qui a beaucoup de qualités et qui globalement m'a plu, mais certains passages, certaines chroniques sont longs et un brin répétitifs et reprendre ses propos -certes un peu forts- pour son bouquin me semblait si ce n'est original du moins logique.

Une petite remarque avant de finir tout à fait, les derniers paragraphes sont pour moi superflus, qui expliquent certaines choses que le lecteur comprend ou devine au long du texte et qu'il a même plaisir à comprendre et découvrir, se sentant hyper intelligent -enfin, là, je parle pour moi.

Il n'empêche que le livre de Robert Colonna d'Istria est à découvrir, il ne ressemble à rien de ce que j'ai lu jusqu'ici et ça me plaît bien. Et puis, la cerise sur le gâteau, c'est de pouvoir choisir un titre parmi les cinquante-deux qui sera publié. Sortir de la banalité des romans de la rentrée, c'est aussi à cela que sert cet ouvrage.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zazy 13/09/2016 15:44

çame plairait bien aussi, je pense !

Yv 13/09/2016 16:04

ça peut, mon exemplaire est parti sous d'autres cieux

Sandrine 12/09/2016 07:25

Je crois que je vais voter pour le livre sans verbe de 300 pages sur la vie d'Adam et Eve au paradis (on n'est pas obligé de lire le livre ensuite j'espère !).

Yv 12/09/2016 09:00

Moi, celui où les auteurs inventent des mots...

Alex-Mot-à-Mots 09/09/2016 13:49

Pourquoi un écrivain prend-il la plume ? As-tu la réponse à ta question ?

Yv 09/09/2016 15:48

Et non, je ne suis pas écrivain. Il faudrait le leur demander

keisha 09/09/2016 13:38

Pfff, Ys a déjà fait le boulot, tu enfonces le clou...

Yv 09/09/2016 15:48

ben oui, mais il faut bien s'y mettre à deux pour convaincre

BORIE Cathy 09/09/2016 09:25

Ah j'adore l'idée, c'est un vrai coup de génie ! je le note dans ma PAL donc. :)

Yv 09/09/2016 10:09

Oui l'idée est géniale

Gwenaëlle 09/09/2016 07:16

Une démarche qui ne peut que piquer notre curiosité !

Yv 09/09/2016 07:22

Oui, c'est évident, même si elle s'essouffle un peu, elle reste assez convaincante