Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La bâtarde du Rhin

La bâtarde du Rhin

La bâtarde du Rhin, Monique Séverin, Vents d'ailleurs, 2016....

Kozima est née en 1919 d'une mère allemande, Leni et d'un père français, réunionnais, en stationnement en Allemagne, Louis. Louis reparti, Leni se marie avec un Allemand qui élève Kozyma comma sa fille. Mais bientôt la fureur et la folie s'emparent des foules du pays et la bâtarde devient une cible. Menacée de stérilisation, la jeune femme fuit, puis à la fin de la seconde guerre mondiale, elle décide de retrouver son vrai père. Elle débarque à la Réunion, mais l'accueil de sa grand-mère Eugénie est épouvantable, la reniant totalement. Kozyma cherche alors à comprendre qui était son père.

Si les premières pages m'ont été un peu difficiles à suivre -le temps d'entrer dans la narration particulière de l'auteure sans doute- je dois dire que le reste -à part quelques petites longueurs et pas mal de personnages dont parfois on ne sait plus qui ils sont- m'a convaincu. C'est un roman pas banal, fort, poignant et violent. Des histoires de femmes fortes qui veulent vivre avec les hommes mais pas à leur service. C'est aussi un beau roman sur le combat des femmes noires tant en Europe qu'à la Réunion où l'on peut être jugé sur les différentes teintes que peut prendre la peau métissée. Une belle réflexion sur le droit des femmes à disposer de leur corps et non plus à subir les assauts des mâles en rut. Les femmes du livre, Leni en tête n'ont pas hésité, par amour, à transgresser l'interdit du passage à l'acte et de l'enfantement, quitte à se faire rejeter ensuite toute leur vie. Monique Séverin parle aussi de la lignée, la descendance, l'hérédité et la préférence des mères -les pères sont très absents de ce roman ou lorsqu'ils sont présents, ce n'est pas dans leur meilleur rôle- pour l'un de leurs enfants en qui elles placent leurs espoirs.

Monique Séverin place son roman entre l'Allemagne et la Réunion. Elle aborde les Lebensborn et leurs pratiques inhumaines pour faire naître de bons aryens, ces lieux où de jeunes femmes blondes étaient violées par des soldats blonds et devaient donner naissance à la future race pure selon les nazis. Elle écrit aussi sur l'histoire de son pays, la Réunion, l'histoire des familles, les blancs et les noirs, qui parfois se rencontraient souvent un homme blanc avec une femme noire -l'inverse de l'Europe. Certaines femmes enceintes étaient laissées de côté, d'autres prises en charge par la famille blanche avec plus de moyens financiers. Puis, les rancœurs, les jalousies, les peurs de se montrer avec une personne pas digne de son rang.

Dans une langue particulièrement élégante et belle voire poétique, Monique Séverin livre un roman dur et beau qui commence par ces mots :

"L'île était là, devant elle. Kozima la regardait approcher. Une montagne, placide, sommet de plus de trois mille mètres qui venait à la rencontre du paquebot, sans précipitation. Ce qu'elle allait y trouver, elle l'ignorait, cela n'avait pas d'importance. Approcher, comprendre, saisir l'aléatoire qui l'avait condamnée, forme refusée, réduite, objet de honte, dans un pays d'Europe, celui où elle était née, que ses cellules corrompues pouvaient dégrader." (p.7)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 19/09/2016 14:19

Entre l'Allemagne et la Réunion ? Sacré choc des cultures.

Yv 19/09/2016 14:36

Oui, d'où l'intérêt du livre