Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Police

Police

Police, Hugo Boris, Grasset, 2016.....

Virginie est policière, gardien de la paix. Mariée et jeune mère d'un petit garçon. Son couple est en stand-by. Enceinte d'Aristide un collègue avec qui elle a eu une relation, elle a rendez-vous le lendemain pour avorter. Ce soir, elle fait partie d'une mission inhabituelle : conduire un étranger sans papier à l'aéroport, le confier à la Police de l'Air et des Frontières pour un retour dans son pays. Elle fait équipe avec Aristide et Érik. Cette mission, assez simple a priori, se déroulera en grande partie dans un huis clos étouffant qui fera naître chez chacun de grandes questions.

Pas très facile à résumer ce livre si l'on veut ménager le suspense, il me faut être succinct et susciter l'envie de le lire, car il le mérite. C'est ma première lecture d'Hugo Boris et je tombe sur ce court roman au rythme rapide, haché, et bien qu'il ne s'y passe quasiment rien en terme d'action sur les 100/120 premières pages, il est passionnant. La tension monte pour le lecteur mais aussi entre les trois flics dans la voiture, le clandestin tadjik restant étonnamment silencieux et impassible. Le texte est nerveux, vif, phrases courtes et/ou très ponctuées, vocabulaire simple, langage oral -pas mal de dialogues mais point trop. Il faut dire que la tension est plus que palpable entre Virginie et Aristide : ils ont couché ensemble, elle attend un enfant qu'elle ne veut pas garder, son mari ne sait rien ; lui, Aristide, un type un peu lourd, macho, réalise qu'il a laissé peut-être passer une occasion qui ne se représentera pas forcément : Virginie est une jolie femme, volontaire, courageuse, opiniâtre, une bonne policière, pas tout à fait libre mais presque.

Ces trois flics sont fatigués. Fatigués de ce qu'on leur demande de faire, de ne plus pouvoir couper entre vie privée et vie professionnelle. Fatigués des journées à rallonge. Flic, c'est un boulot qui colle à la peau. "En voiture, avant de démarrer, tant que l'anti-car-jacking ne s'est pas déclenché, il reste sur ses gardes. Même en jean, il est encore en tenue. Même au volant, avec les enfants qui chahutent à l'arrière, il est encore en patrouille. Dans les lieux publics, Pascale lui demande d'arrêter de dévisager les gens. C'est plus fort que lui, au point qu'on lui demande parfois : "On se connaît ?". Dans la rue, il insiste pour qu'elle tienne son sac côté immeuble. Dans les transports, pour qu'elle ne sorte pas son portable. Ils ont pour principe de ne pas se quitter fâchés. Parce qu'un jour, ce n'est peut-être pas lui qui l'appellera. C'est qu'il a épousé son travail d'abord, comme tous les flics du monde." (p.106)

Cette nuit sera celle des grands questionnements, des sentiments contradictoires qui les animent. Comment garder sa dignité en obéissant aveuglément aux ordres ? Quid de sa conscience ? De l'estime de soi ? Jusqu'où obéir ? Comment rester soi-même, ne pas avoir honte de ses actes ? Comment exister tout simplement ? Asomidin Tohirov, le clandestin sera le déclencheur involontaire de ce déferlement de questions. C'est lui, bien involontairement derechef, qui mettra les nerfs des trois flics à vif.

Admirablement mené, ce roman. Le style colle aux heurts et aux prises de bec des trois protagonistes, à leurs doutes, leurs questionnements. Il se lit rapidement puisqu'on ne le lâche pas une fois ouvert. Ce n'est pas un polar même si les personnages principaux sont des flics, c'est un roman très fort sur la difficile question qui conclut la quatrième de couverture : "Comment être soi, chaque jour, à chaque instant, dans le monde tel qu'il va ?"

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Violette 29/08/2016 15:53

ça pourrait bien être ma tasse de thé... n'empêche, il s'est pas foulé pour le titre...

Yv 29/08/2016 18:03

Certes, mais il a l'avantage d'être concis

Alex-Mot-à-Mots 29/08/2016 11:05

Le style haché me rebuterai, mais le reste me tente. Choix difficile.....

Yv 29/08/2016 18:02

cruel dilemme

Noukette 29/08/2016 10:07

Un des premiers romans de cette rentrée qui me fait de l'oeil !

Yv 29/08/2016 10:20

pas trop mal pour moi cette rentrée, quelques beaux livres lus ou en prévision

Hélène 29/08/2016 08:59

Tentant !

Yv 29/08/2016 10:19

Et oui...

zazy 28/08/2016 14:13

Je suis très tentée par ce livre

Yv 28/08/2016 19:54

Un livre que j'ai beaucoup aimé qui peut aussi déplaire