Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Gauguin mort ou vif

Gauguin mort ou vif

Gauguin mort ou vif, Marie Devois, Cohen&Cohen, 2016....,

Alors qu'il se promène sur le chemin des peintres au Pouldu, Luc Péron voit sur une plage, un corps. Un homme grand et fort, manifestement mort. Des affaires et un plateau de jeu de l'oie proches de lui. Luc appelle la gendarmerie. A peine le temps de se retourner et le corps a disparu. Mais Luc a une bonne mémoire et décrit très fidèlement les tatouages vus sur le supposé cadavre. Un tatoueur de Quimper se souvient les avoir dessinés. Puis, se sont quelques événements d'apparence moindre qui se déroulent dans un musée. Quel(s) lien(s) entre toutes ces affaires. Ce sera aux gendarmes, puis au commandant de police Paul Magnin et au procureur Stern de démêler cet écheveau.

Nouveau titre de la collection Art noir chez Cohen&Cohen. Nouvelle belle lecture, cette fois-ci comme son titre l'indique, autour de Paul Gauguin. Alambiqué, très habile et original dans sa construction, ce polar ne se lâche pas une fois ouvert. De nombreux intervenants dont on se demande ce qu'ils font là avant que l'auteure ne vienne nous l'expliquer. Elle procède de la même manière en nous énonçant des faits qu'on ne comprend pas trop avant de tout éclaircir avec les pages suivantes : le premier chapitre peut décontenancer un brin, mais très vite, on retombe sur ses pieds. En fait, on avance au rythme des enquêteurs au début du roman et puis on entre petit à petit dans la tête du manipulateur sans tout comprendre au départ, ce procédé, largement utilisé par d'autres auteurs de polars rajoute du suspense car on est à la fois dans la tête des enquêteurs qui ne comprennent pas tout et dans celle de celui qu'ils recherchent qui sait tout mais n'en dit que peu. Le suspense ne tombe qu'à la toute fin, l'originalité de l'intrigue est alors dévoilée et ne déçoit pas malgré toutes les attentes qu'elle a suscitées.

En prime à cette intrigue bien menée et magistralement maîtrisée, Marie Devois nous dévoile Paul Gauguin sous un jour nouveau. Le peintre est bien sûr décrit dans son travail, mais aussi dans sa vie privée, ses bassesses par jalousie, son goût des très jeunes filles-modèles aux Marquises : "Il écrit qu'il est venu aux îles Marquises car on peut y trouver des modèles pour une poignée de bonbons. Des gamines sans défense, des filles toujours plus jeunes qu'il entraîne à l'étage de sa case entièrement tapissée de photos porno pour leur faire l'amour. Quel porc ! Quant tu sais qu'en plus il était syphilitique et qu'il avait le corps couvert de plaies..." (p.163) Son œuvre reste, bien sûr, mais l'homme descend de son piédestal, il fut, d'après ce qu'on lit dans ce roman, un type détestable.

Cette collection Art noir est vraiment très réussie, Marie Devois y collabore pour la troisième fois -je n'ai pas lu les deux précédents. Un roman noir dans le monde de l'art c'est toujours du plaisir de lecture et du suspense associés à de la culture. Et malgré le thème central commun à toute la collection, les divers romans que j'ai eus entre les mains, outre le fait qu'ils m'ont tous plu, sont très différents dans l'écriture, l'artiste concerné, les intrigues, et les styles littéraires. ... Preuve qu'Art noir mérite toute notre attention.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 10/06/2016 14:02

Une collection que j'aime beaucoup mais que je trouve un peu chère.

Yv 10/06/2016 17:05

oui, c'est sans soute due à la qualité des bouquins. Il faut inciter la bibliothèque à les acheter pour les emprunter