Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Théodose le Petit

Théodose le Petit

Théodose le Petit, Razvan Radulescu, Zulma, 2016 (traduit par Philippe Loubière)....

Le royaume de Théodose pourrait être paisible s'il n'y avait une conspiration menée par le duc d'Ottobourg et Olivier le Silure -qui en tant que poisson ne peut se déplacer que dans un aquarium porté par des serviteurs-, deux ambitieux qui rêvent de prendre la place du très jeune Théodose éduqué et protégé par Gabriel le Chatchien et Otilia la Fantôme. Les deux comploteurs s'adjoignent les aides des Fourmis violettes et des Fourmis vertes, ce qui pourrait mettre fin au règne de Théodose et même à sa vie. Le Chatchien veille, cherche à recruter les bonnes volontés, sa grande puissance et son art de la guerre et de la ruse seront-ils suffisants pour que le pays de Théodose redevienne un royaume dans lequel il fait bon vivre ?

Un roman qui débute avec un avant-propos très beau, poétique sur la naissance et la mort d'un tourbillon ou d'une mini-tornade, pas forcément représentatif du style qui suit mais que l'on pourra néanmoins retrouver ici ou là dans le texte, sous forme de lettres notamment. En fait, à peine écrit, je vais me contredire puisque Razvan Radulescu invente en permanence un style littéraire, il alterne les dialogues, les lettres, les descriptions des personnages et lieux, ses propres interventions -en note de bas de page pour contester une partie censurée parce que jugée trop violente ou en courrier adressé à l'éditeur pour demander un délai supplémentaire pour envoyer son manuscrit. Son histoire est folle, allègrement menée, critique, drôle, palpitante, mais elle souffre également de grosses digressions inutiles, longues, répétitives, d'une certaine lassitude que j'ai pu noter lorsque j'avais posé le livre et que je n'avais pas très envie de le reprendre, mais tout de suite évaporée lorsque je replongeais dans les aventures de Théodose et Chatchien. Pour résumer, je dirais que c'est un roman assez inégal mais son enthousiasme, sa fraîcheur, la folie qui s'en dégage le portent largement vers la case, livre à lire et à conseiller.

Mais revenons un peu à cette histoire ou hommes, animaux, fantômes, personnages imaginaires se côtoient, pour nous narrer l'histoire d'un royaume en pleine révolution ou plutôt en plein putsch. Car ceux qui veulent la place de Théodose ne rêvent que d'un pouvoir absolu, alors que le jeune roi serait plutôt dans une sorte de monarchie constitutionnelle. C'est une critique même pas voilée des dictatures, des moyens de les instaurer, de cette soif inextinguible du pouvoir qui animent certaines personnes. Silure est un Machiavel, prêt à tout, absolument tout, pour régner : les bassesses, les flagorneries, la violence, la mise à mort, ... "C'est exactement ce que je voulais dire, voyez-vous, sauf que je ne m'entends pas à parler simplement, j'en ai perdu l'habitude et je m'embrouille à énoncer des choses voilées, à double ou triple sens, car j'oublie d'où je suis parti et où je suis arrivé, ou bien où je voulais arriver ; et, sans m'en rendre compte, mes paroles parlent sans moi et finissent sur le rivage en pente des courbettes glissantes, car elles n'ont guère le don de garder leur parole intacte, sage et de rester dans le sujet, comme Ton Altesse, sérénissime Chatchien, ô notre vrai maître." (p.159/160) Voilà un bel exemple de langue de bois, s'il ne s'agissait pas d'un silure, j'aurais même pu dire qu'il noyait le poisson (une phrase digne d'une réponse de nos politiques à une question qui l'embête).

Un roman dans la lignée d'Orwell et La ferme des animaux, évidemment, mais plus bavard, plus barré, plus décalé, plus fantasque, qui entre de plein fouet dans l'absurde, le délire et l'humour pince-sans-rire. Franchement, si vous avez un peu de temps, sinon n'hésitez pas à le prendre, vous pouvez commencer ce roman d'un peu plus de 500 pages, à la couverture -encore une fois chez Zulma- magnifique, qui, en plus, de l'être, est en rapport avec le contenu. Et oui, de fraises, il est question... et de champignons itou, mais je n'en dirai pas plus.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 02/05/2016 14:53

La couverture est délicieuse à souhait.

Yv 02/05/2016 16:08

comme souvent chez Zulma. En plus, la saison des fraises commence...

keisha 01/05/2016 18:29

Les auteurs de ce coin sont souvent un poil barrés mais j'aime bien!

Yv 01/05/2016 19:20

oui, c'est ce que je remarque de plus en plus

zazy 01/05/2016 11:01

Ce que tu en dis me fait désirer lire ce livre... Plus tard

Yv 01/05/2016 19:20

Un bon roman bien barré, juste un excellent moment

Sandrine 01/05/2016 07:12

Quelle est la nationalité de l'auteur ?

Yv 01/05/2016 08:31

Roumain