Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La brume t'emportera

La brume t'emportera

La brume t'emportera, Olivier Boisson, Cohen&Cohen, 2016.....

Jordaens, ex-peintre est flic. Séparé de sa femme, il vit dans une maison à rénover... qu'il rénove à son rythme. Sa fille, Mona-Lee vient chez lui de temps en temps, le reste du temps, elle est chez sa mère. Une nuit de grande tempête, une soirée organisée sur une péniche par un magazine d'art se finit tragiquement, le lendemain trois cadavres sont retrouvés, habillés en costume du Moyen-Âge, disposés à la façon d'un tableau de Jérôme Bosch, La Nef des fous. Puis d'autres meurtres suivent, toujours organisés selon des tableaux illustrant la folie peints par Brueghel, Goya, Géricault, Vélasquez, ... Jordaens est le mieux placé pour démasquer le tueur, son passé d'étudiant en art lui permet de renouer avec ses anciennes connaissances.

La collection Art Noir de chez Cohen&Cohen est une collection qui situe ses polars dans le monde de l'art. Plusieurs titres sont parus et ceux que j'ai lus ont été de très bonnes -voire même excellentes- surprises. Ils tournent souvent autour d'une œuvre ou d'un peintre.

Dans ce roman, on est totalement immergé dans le milieu de l'art : les tenants d'un art moderne qui ne jurent que par la performance, l'installation voire même à l'extrême par l'absence d'œuvre, juste l'idée d'icelle, s'opposent à ceux qui vénèrent la peinture, les grands maîtres, ceux dont il est question plus haut par exemple.

Jordaens a arrêté de peindre parce qu'il savait que c'était impossible de vivre de ses toiles : "J'ai appris la couleur, comment faire reculer un bleu selon la quantité de jaune qu'on lui oppose, j'ai tâté de l'huile, de l'aquarelle, de l'acrylique, j'ai couvert des centaines de toiles, j'en ai jeté autant, j'ai organisé des expos dans des squats, dans mon appartement, des vernissages jusque dans ma cuisine, j'ai lancé des milliers d'invitations. Eh bien je vais vous dire, commissaire : jamais je n'ai pu tremper ne serait-ce qu'un orteil dans ce que vous nommez la Milieu de l'Art, ce monde clos tissé de culture et d'argent. On naît dedans ou à côté." (p.30/31) C'est donc en tant que flic qu'il doit pénétrer ce monde qu'il n'a pas réussi à infiltrer en tant qu'artiste. Les portes ne lui seront pas plus grandes ouvertes, mais la plaque de l'administration les entrouvre par obligation. Dès lors son enquête se double d'une réflexion sur l'art en général, la peinture en particulier, la création : "Il n'y avait pas de création sans quelque chose au travail au sein de l'être, au cœur de l'intime" (p.118), l'implication de l'artiste, la démocratisation de l'art contemporain à grand renfort "d'expositions lancées à grands frais médiatiques, les manifestations autour de l'art actuel prenant de plus en plus l'apparence de foires de curiosités, sortes de concours Lépine où le sensationnel le disputait au spectaculaire..." Beaucoup de pages extrêmement intéressantes sur ce sujet mais aussi pas mal d'autres sur les grands maîtres qui ont illustré la folie. Point besoin d'être connaisseur ou féru de peinture, le contexte de ce polar est facile d'accès et passionnant, tellement fermé qu'il en devient même inévitable pour y placer une intrigue policière.

Car n'oublions pas que Jordaens enquête. Un flic hors norme, cultivé (et qui ose parler d'art), un peu dépressif depuis son célibat, qui boit peu et n'attire pas plus que cela les femmes qu'il rencontre. Un personnage bien travaillé, qui mériterait de revenir pour d'autres enquêtes. L'intrigue tient jusqu'au bout sans problème, pour ma part j'avoue ne pas avoir soupçonné le (ou la, ou les) coupable(s) avant que Jordaens lui-même (qui est le narrateur) ne tire les fils et ne remette en place les différentes informations glanées au cours de ses investigations. Ce qui est bien dans ce roman, c'est que la solution est dans l'étude des œuvres et dans les œuvres elles-mêmes qui sont au cœur du roman. Un exercice brillamment mené, très fort, qui tient le lecteur grâce au fil de l'enquête policière et qui l'instruit grâce aux réflexions et informations sur la peinture et l'art contemporain. J'applaudis des deux mains (parce qu'à une seule, ce n'est pas facile), j'admire et je prends plaisir à lire et à conseiller cette lecture.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Claude LE NOCHER 04/05/2016 17:46

Salut Yves
Bien sûr au programme d'une prochaine lecture.
Amitiés.

Yv 04/05/2016 18:46

Salut Claude
je n'en doutais pas une seconde, quand on a découvert la collection, difficile de la lâcher
Amicalement,

BORIE Cathy 03/05/2016 20:07

Moi aussi, je découvre et c'est très tentant : le livre et la collection ! Je prends note.

Yv 04/05/2016 07:09

oui, une très belle collection avec des titres variés et franchement très bien

Noukette 03/05/2016 11:54

Je découvre cette collection, j'aime beaucoup l'idée !

Yv 03/05/2016 12:22

A ben alors ? J'en parle depuis un moment quand même... Ne me dis pas que tu oserais manquer un de mes billets... ;)

Alex-Mot-à-Mots 03/05/2016 10:46

Un polar dans le monde de l'art, ce n'est pas si courant. Et pourtant, c'est un milieu qui doit être lui aussi impitoyable.

Yv 03/05/2016 11:00

exact, et ça fait plusieurs titres que je lis de cette collection qui le confirment

Emma 03/05/2016 09:13

Je retiens la collection car c'est assez original de faire des polars dans le monde de l'art.

Yv 03/05/2016 10:33

oui, c'est une très belle collection, livres tout noirs, même les tranches des pages