Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Maudits soient les artistes

Maudits soient les artistes

Maudits soient les artistes, Maurice Gouiran, Jigal polar, 2016.....

Clovis Narigou, le journaliste récurrent des polars de Maurice Gouiran a besoin d'argent pour retaper la bergerie dans laquelle il vit, la Varune. Il accepte donc une série de trois papiers pour un magazine qui paie bien, l'un sur Alexandre Grothendieck, ce mathématicien génial qui finit sa vie en ermite en Ariège, l'autre sur le camp d'internement de Rieucros pendant la guerre et le dernier sur un couple de Marseillais qui entame une procédure pour récupérer des tableaux retrouvés chez un vieil homme de Munich qui cachait plus de 1500 toiles héritées de son père et spoliées pendant les années où l'Allemagne était dirigée par les nazis. Dans le même temps, Éric, le fils de Clovis vient passer quelques jours à la bergerie avec sa compagne et des couples d'amis avec enfants ; la tranquillité du lieu en pâtit pendant cette semaine de vacances.

Comment relier ces trois histoires ? Eh bien, Maurice Gouiran y parvient sans problème, il faut dire qu'Alexandre Grothendieck a passé plusieurs mois avec sa mère au camp de Rieucros. Ce camp fut conçu en 1939 pour interner les opposants politiques non français, puis très tôt uniquement les enfants et les femmes : républicaines espagnoles, anti-fascistes allemandes, anarchistes, communistes, ... Pour l'autre histoire, souvenez-vous, en 2012, la police de Munich découvre chez Cornelius Gurlitt un vieil homme, 1500 toiles de maîtres signalées comme perdues, dont il a hérité de son père Hildebrand Gurlitt. Icelui fut marchant d'art et participa à la vente d'art dégénéré (selon Hitler) qui devait rapporter des fonds au pays pour construire le grand musée d'art conforme aux goût du Führer.

C'est donc, comme à son habitude, en mêlant réalité et fiction, en inscrivant ses intrigues dans l'Histoire, dans des moments ou des lieux parfois oubliés que Maurice Gouiran construit son scénario. Et c'est vachement bien, le plaisir est triple, d'abord celui d'une enquête journalistique avec du suspens, des rebondissements, des personnages réels ou fictifs retors, contradictoires ; ensuite, c'est très instructif, on apprend plein de choses sur Rieucros, la spoliation des tableaux appartenant à des juifs, les Monument's men, Grothendieck ; enfin, on retrouve avec plaisir Clovis Narigou (anagramme de Gouiran, heureusement qu'il le dit, parce que je ne l'avais pas remarqué, même si je me doutais qu'il y avait sans doute pas mal de Maurice et Clovis). Et la Varune, sa bergerie, je rêve d'y aller passer du temps, beaucoup de temps... promis, je ne fais pas de bruit et je respecte la nature. En fait, je l'envie je me suis surpris plusieurs fois pourtant assez éloignées d'une lecture de l'auteur à rêver de ce lieu ou d'un autre ressemblant : calme, beauté des lieux, tranquillité, ...

Je disais plus haut que Maurice Gouiran construisait son roman "comme d'habitude", mais ce n'est pas tout à fait vrai : là où dans ses autres aventures, son refuge c'est la Varune, ça ne l'est pas ici envahie qu'elle est par les vacanciers amis de son fils et là où usuellement, il va se frotter à des gens pas très sympathiques, ce coup-ci, l'enquête est assez moderne : téléphone, mails, ... tout se règle sans action extra-ordinaire. Il fait donc l'inverse de ce que j'ai pu lire auparavant, et ça marche aussi bien, parce qu'encore une fois le fond est là, costaud, historique, documenté et fort bien restitué.

Donc, comme d'habitude, une enquête vivement menée, un personnage attachant avec qui je partagerais bien volontiers une mauresque (il me ferait découvrir ce breuvage dont il peut abuser parfois) qui évolue dans un décor de rêve. Un vrai excellent roman noir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 17/04/2016 18:08

Un auteur que j'aime beaucoup, me voilà tentée !

Yv 18/04/2016 07:08

inévitable alors...

Bernhard Lorenz 15/04/2016 08:09

en effet - ta critique donne envie (j'aime bien le : "costaud, historique, documenté et fort bien restitué").

Yv 15/04/2016 10:44

c'est cela que j'aime bien dans les polars de l'auteur, le contexte part souvent d'une anecdote, d'un fait divers pour ensuite s'élargir sur l'Histoire.