Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Cinq kopecks

Cinq kopecks

Cinq kopecks, Sarah Stricker, Piranha, 2016 (traduit par Pierre Deshusses)....

Anna, journaliste, recueille les confidences de sa mère sur son lit de mort, atteinte à quarante-neuf ans d'un cancer. "Ma mère était très laide", ainsi commence Anna. Il a donc fallu qu'elle compense et c'est dans les études qu'elle s'épanouira et qu'elle montrera des compétences hors norme et de l'acharnement. Entre un père tyrannique -qui a bien vécu pendant les années de guerre- qui veut absolument que son affaire devienne la chaine de grands magasins référence en Allemagne et une mère ultra possessive, pas évident de se construire une place. La mère d'Anna deviendra médecin un peu après la chute du Mur, à peu près en même temps que son père s'installera à Berlin pour y monter des succursales. Il sera également question de sa vie amoureuse avec Arno notamment, le père d'Anna, mais pas seulement.

Roman dense écrit en petit sur 530 pages, prévoyez un peu de temps pour aller jusqu'au bout. Ce sera mon unique bémol : une certaine longueur,- pour ne pas dire une longueur certaine ; vue la densité, j'aurais opté pour 350 pages, ce qui est déjà pas mal- ressentie plusieurs fois avant de reprendre la lecture et de retrouver tout ce qui en fait le charme. Parce que ce roman est bourré de charme : l'écriture est très belle, dynamique, vive, moderne, travaillée, de belles phrases longues, comme la suivante, un vrai style littéraire affirmé : "Jamais Max ne pardonna vraiment cet incident à ma mère. Pendant toute leur scolarité, il ne lui adressa pas une seule fois la parole. C'est seulement quand ils se retrouvèrent à Berlin, lui parce qu'il voulait échapper au service militaire et à ses parents, elle parce qu'elle voulait échapper à une maison vide où, pendant un mois, elle avait fait comme si elle pouvait vivre sans eux, qu'il l'accompagna de temps en temps, tellement elle paraissait perdue dans cette ville qui n'allait vraiment pas avec elle et où tout ce que, partout ailleurs dans le monde, on aurait eu la décence de cacher, comme les drogues, la saleté, le bruit, les vices, devenait soudain bien, où tout était bien d'une façon générale, ou pas, ou de la merde, ou pas, mais toujours acceptable d'une façon ou d'une autre, surtout d'une façon ou d'une autre, tellement débarrassé de toute valeur, de toute douleur, de tout, que ma mère devait se donner beaucoup de mal pour foutre sa vie en l'air." (p.42)

Mais aussi des imparfaits du subjonctif en veux-tu en voilà qui n'alourdissent pas le texte ni ne le rendent difficile, au contraire, ça fait un joli contraste avec la modernité dont je parlais plus haut -à ce propos, je me permets de saluer le travail de traduction mené par Pierre Deshusses qui a dû se régaler lui aussi.

Ce texte est à la fois sensible, émouvant, très détaillé et drôle et sans doute drôle par l'abondance de détails : cette femme qui est en phase terminale raconte à sa fille ce qui pour n'importe qui serait futile mais aussi bien sûr les grands événements de sa vie, les grandes rencontres. C'est une sorte de discours dit à toute vitesse. On peut se sentir saoulé parfois, groggy par le flot, débordé, mais on peut aussi se laisser gagner par l'enthousiasme et l'exubérance d'Anna qui raconte sa mère, par l'innocence de sa mère, comme si à l'approche de sa mort, icelle voulait tout raconter, rapidement, ne rien omettre. Et même en cas de débordement, on y revient après une pause car ce texte attire, aimante son lecteur.

Un beau personnage de femme qui doit se construire en opposition à des parents à la présence et aux personnalités fortes et encombrantes, qui doit oublier et faire oublier sa laideur, qui doit faire preuve d'une force de caractère peu commune.

Excellent premier roman d'une auteure à suivre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 31/03/2016 12:59

Encore des longueurs ? A croire que les écrivains sont payés à la ligne, comme au bon vieux temps.

Yv 31/03/2016 13:24

oui, mais c'est vrai que j'en trouve dans beaucoup de livres, ça vient peut-être de moi finalement

zazy 30/03/2016 22:36

Je viens de lire un bouquin à longueur, j'attendrai un peu

Yv 31/03/2016 07:13

il y en a tellement...

Kathel 30/03/2016 09:32

Je suis souvent attirée par la (jeune) littérature allemande (l'auteure est bien allemande ?) et aussi parfois déçue... je verrai à la bibliothèque !

Yv 30/03/2016 11:16

Oui, l'auteure est allemande. Piranha a aussi récemment édité Quartier rouge de Simone Buchholz, un très bon polar