Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Un devin m'a dit

Un devin m'a dit. Voyages en Asie, Tiziano Terzani, Intervalles, 2010, traduit par Isabel Violante avec le concours de Ioana Herman (première édition française Maisonneuve et Larose, 1997).....

En 1976, à Hong-Kong, un devin dit à Tiziano Terzani qu'en 1993, il ne devra à aucun prix prendre un avion. L'année en question, plus par jeu et par envie de changement, le journaliste décide de respecter la prophétie. Accord trouvé avec son employeur, Der Spiegel. Tiziano Terzani voyage alors par des moyens terrestres et maritimes, prenant le temps de la rencontre, le temps de la discussion et cherchant dans chaque pays, dans chaque région un devin comme pour vérifier la prophétie initiale ou approcher de plus près les cultures traditionnelles de chaque pays traversé.

Je n'écrirai pas ici de prolégomènes au contenu de mon article, je ferai court en vous disant tout de go que je risque l'emportement, l'enthousiasme voire la dithyrambe. Ce bouquin est tout simplement magnifique ! Déjà emballé par Lettres contre la guerre du même auteur, je me suis empressé vers les rayonnages d'une librairie pour acquérir cet ouvrage dont Aifelle ou Zazy ont dit le plus grand bien. J'ai même acheté Un autre tour de manège, mais là Madame Yv a posé son droit de préemption et je ne pourrai le lire que lorsqu'elle l'aura fini, mais je sais de source sûre -les confidences sur l'oreiller, ça fonctionne toujours- qu'elle est conquise.

Cette lecture demande un minimum d'attention et d'exigence, Tiziano Terzani nous baladant dans beaucoup de pays dont il raconte l'histoire ; 460 pages denses en petits caractères (dans la version poche). Si je suis parvenu au bout sans encombre, vous pouvez me croire, ces pages sont passionnantes, surtout si fidèles du blog, vous connaissez mon appréhension pour les gros volumes. Jamais je ne m'y suis ennuyé. Jamais je n'ai eu a moindre velléité de fermer le livre avant de l'avoir fini.

Un texte fort et très accessible qui parle des traditions qui se perdent au profit de l'occidentalisation de l'Asie. La globalisation tend vers l'uniformisation des coutumes et des hommes et des femmes du monde, et c'est ce que ce texte montre bien. Quel dommage qu'en Mongolie, en Thaïlande, en Chine, en Birmanie, on trouve des chaines de magasins mondialement connues. Le commerce international remodèle le monde, le façonne à sa manière plus vendeuse, plus bénéfique financièrement. Le reporter passe de Thaïlande à Singapour ce bout de terre ultra-moderne, déshumanisé, emprunte les routes birmanes, visite le Cambodge sous assistance de l'ONU (la critique contre cette organisation est assez virulente) ; les entreprises internationales se livrent une bataille pour la reconstruction du pays détruit par les Khmers rouges. Partout Tiziano Terzani cherche l'humain, le contact, la rencontre. Son mode de voyage, lent, lui donne le temps de parler, de s'arrêter et ses carnets son emplis des rencontres parfois formidables parfois moins avec des hommes et des femmes qui n'ont pas renoncé à leurs traditions.

Un texte d'un homme à la recherche d'une vérité, d'une spiritualité qu'il a du mal à cerner. L'année 1993 qu'il passe sur les routes à chercher l'autre est sûrement celle qui le mènera vers cette sagesse que j'ai ressentie dans Lettres contre la guerre. Il me semble que c'est l'année qui le verra doucement basculer vers le côté spirituel de sa personnalité, laissant son autre face, celle du reporter qui court les zones de conflit pour en rendre compte s'atténuer petit à petit.

Lecture formidable, intelligente, instructive et ressourçante (?), on sent à le lire un bien-être, une envie folle de ralentir le rythme -et pourtant, le mien est déjà beaucoup plus lent que celui de la majorité des Français. Découvrez et lisez Tiziano Terzani, et merci à Intervalles de rééditer ces textes.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emma 09/01/2016 10:37

Il faut vraiment que je découvre cet auteur.

Yv 09/01/2016 10:39

Oui, je l'ai découvert il y a peu de temps et je le conseille à tous...

clara 07/01/2016 11:56

bon je sais ce qu'il me reste à faire :). Et la liste s'allonge aujourd'hui..

Yv 07/01/2016 12:22

et l'année ne fait que commencer

Alex-Mot-à-Mots 07/01/2016 11:12

Prolégomènes, dithyrambique : tu as mangé un dictionnaire ?

zazy 06/01/2016 23:02

Je me doutais qu'il te plairait et que tu serais très très enthousiaste.

Yv 07/01/2016 07:11

Et oui, merci du conseil

Electra 06/01/2016 11:04

Très tentant et ce que tu dis me parle après mes séjours en Asie ... et dire qu'il a écrit ça en 1993, depuis le Cambodge, le Vietnam, le Laos sont aussi envahis ...
Je le note !

Yv 06/01/2016 11:36

Et oui, la tentation du profit est trop forte

cathe 06/01/2016 09:25

Je l'avais déjà noté chez Aifelle, mais hélas il n'est pas dans mon réseau de médiathèques pourtant bien fourni ! A acheter donc :-)

Yv 06/01/2016 11:35

Il est en poche, donc moindre mal au porte monnaie

keisha 06/01/2016 09:18

T'inquiète, je l'ai acheté en salon en octobre (pas lu, mais...) et compte bien en lire d'autres, une intuition comme ça...

Yv 06/01/2016 11:35

je pense que c'est tout à fait le genre de lecture qui te plaira

Aifelle 06/01/2016 07:39

Formidable ! mais j'en étais sûre. C'est une lecture qui s'imprime en nous durablement et une relecture ne serait pas du luxe. Il est très attachant cet homme, tout en étant un puits de connaissances et d'humanité. Ce qu'il décrit de tout ces pays d'Asie standardisés fait mal. "Un autre tour de manège" est ma disposition, mais il faut que j'attende d'avoir retrouvé mes deux yeux au même degré de performance !

Yv 06/01/2016 08:38

Madame Yv a lu Un autre tour de manège, elle vient tout juste de le finir et est vraiment emballée, c'est encore un autre genre tout en restant dans la même veine de recherche de l'autre.
Bon rétablissement