Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

L'affaire des corps sans tête

L'affaire des corps sans tête

L'affaire des corps sans tête, Jean-Christophe Portes, City Editions, 2015....

Février 1791, un corps sans tête est retrouvé flottant dans la Seine. Puis un deuxième, et un troisième. Le brigadier Picot, un enquêteur qui a commencé du temps de la Maréchaussée et continue dans la nouvellement créée gendarmerie remonte tranquillement une piste. De son côté, le très jeune sous-lieutenant Victor Dauterive, protégé de Lafayette est chargé d'arrêter Marat, jugé comme un dangereux agitateur. Mais Dauterive, bien que jeune, flaire l'embrouille et à force de poser des questions se retrouve vite la cible de certains puissants. Il croisera la route des corps sans tête qui pourraient bien avoir un rapport avec sa mission d'arrestation de Marat.

Très belle idée que de placer un roman policier dans cette époque troublée : la Révolution a commencé depuis deux ans, mais le roi est encore là, et certains rêvent encore d'établir une monarchie constitutionnelle pendant que d'autres veulent revenir à l'ancien régime. Les manipulations sont légion, les arrangements, les pots-de-vins, les bassesses les plus extrêmes sont plus que courantes. Tout le monde manigance dans son coin, tellement le pouvoir en place est fragile. Danton et Mirabeau sont payés par Louis XVI pour son plan de corruption visant à retrouver le pouvoir. Marat écrit dans son journal, semble incorruptible et continue de dire très haut et très véhémentement ce qu'il pense du roi et de ceux qui sont au pouvoir. La belle Olympe de Gouges est aussi présente dans ce roman, en est un personnage avec un vraie place, on lit ses revendications pour la vraie égalité entre tous : le droit de vote des femmes et leur intégration dans la société à la même place que les hommes, de vraies mesures pour aider les pauvres isolés dans des quartiers sordides, la fin de l'esclavage, ... Le contexte est formidable, je ne suis pas spécialiste de la période, je ne saurais dire s'il y a des anachronismes, des erreurs manifestes, Jean-Christophe Portes indique en fin de volume ses références bibliographiques, solides, ce que je sais c'est qu'il a su rendre un Paris vivant et grouillant, bruissant des intrigues du pouvoir mais aussi des pauvres qui n'en peuvent plus de s'échiner pour presque rien.

Et l'intrigue du roman me demanderez-vous ? Eh bien, elle est elle aussi solide, au début on ne la comprend pas trop, on avance au même rythme que Victor Dauterive, on sent bien qu'il y a lutte au plus haut niveau de l'État et que certains en profitent pour s'en mettre plein les poches, comme quoi, rien ne change... Et puis, on avance et se dessine encore autre chose, plus grand... mais je ne vous dirai pas. Franchement, je me suis régalé.

Mes deux seules réserves seraient sur un format qui aurait pu être un peu pus court, notamment dans la première partie qui se traîne un peu, mais une fois passée, le reste est excellent ; l'autre réserve est purement de mise en page, à savoir que lorsqu'on passe d'un personnage à un autre, il y a un interligne plus large, mais un petit symbole dans cet interligne serait une bonne idée.

Victor Dauterive est un jeune homme de dix-neuf ans, qui a fui une éducation plus que stricte et s'est retrouvé versé dans la nouvelle gendarmerie créée en février 1791 en replacement de la Maréchaussée. Il a la fougue de son âge mais aussi la maladresse et une certaine naïveté liées également à sa jeunesse. Il tombera dans des pièges grossiers, se fera rosser, enlever, doubler, ... C'est un nouveau venu bien sympathique qui change des enquêteurs qui devinent tout, sont totalement blasés et ne tombent que rarement dans les traquenards. C'est un personnage qui demande à s'épaissir, qui s'épaissira sûrement au fil de ses enquêtes, puisqu'une série s'annonce ici avec ce premier titre. Sans doute lui faudra-t-il s'associer avec quelque collègue ou mouche de l'époque (= indic de maintenant) pour prendre un peu d'envergure et se tirer de mauvais pas plus aisément. Une naissance de héros bien sympathique qui ne demande qu'à être suivie d'autres épisodes que je me fais déjà une joie de lire.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à consulter le site de Victor Dauterive, voire même son compte facebook, et oui, un gendarme de 1791, ça vit aussi avec les réseaux sociaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dasola 22/10/2015 10:50

Bonjour Yv, ce genre de polar m'attire beaucoup. Je le note. Rien que pour le titre très évocateur. Bonne journée.

Yv 22/10/2015 11:14

Bonjour Dasola, c'est un très bon polar historique, une lecture divertissante et instructive
A bientôt

Gwenaelle 22/10/2015 09:36

Tout pour me plaire, ce roman!

Oncle Paul 20/10/2015 16:12

Bonjour Yv
Un nouvel enquêteur dans un contexte historique ! Il va avoir du boulot Victor Dauterive avec la Terreur, le Directoire, le Consulat...
Amusante cette quasi simultanéité dans la publication de nos billets.
Amitiés

Yv 20/10/2015 20:55

Salut Paul, oui et avec Claude nous sommes trois à en parler quasi en même temps et sur le même ton, preuve que le livre est bon
Amicalement,