Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Libertalia

Libertalia

Libertalia, Mikaël Hirsch, Intervalles, août 2015..... Rentrée Littéraire 2015

1872, la France a perdu la guerre contre la Prusse deux ans auparavant, l'empire est effondré et la toute jeune république est encore fragile. L'Alsace-Lorraine est cédée à l'Allemagne depuis quelques mois mais certains Alsaciens veulent rester français, ils doivent alors quitter le territoire. Les optants, comme on les nomme se retrouvent donc sur les routes : ainsi en est-il de Baruch Lehman et d'Alphonse Muller qui s'y rencontreront et deviendront inséparables. Ils rêvent tous les deux de liberté, sont passionnés par Libertalia, une colonie libertaire fondée sur l'île de Madagascar par un pirate, Olivier Misson. Les deux hommes arrivent à Paris et chacun choisira une vie différente, en restant très amis et très liés.

En préambule, je dois dire ici que je pense beaucoup de bien de Mikaël Hirsch. J'ai lu ses quatre précédents romans : Le Réprouvé, Les Successions, Avec les hommes, Notre-Dame des Vents et à chaque fois j'ai été enchanté. Libertalia ne déroge pas à cette règle et dès le début, je suis resté scotché par les phrases magnifiques de l'auteur ; la présentation de Baruch et d'Alphonse par exemple qui tient en deux paragraphes, simples :

"Il se prénommait Baruch, comme Spinoza dont il ignorait tout et se nommait Lehman, comme son père Nathan, marchand de céréales à Fegersheim à l'époque où celle-ci n'était pas encore une banlieue-dortoir de Strasbourg, mais une petite commune agricole des bords de l'Ill. Migrant vers l'intérieur, il traînait dans un grand sac de cuir quelques sauf-conduits rédigés en lettres gothiques et du linge immaculé que lui avait donné sa mère.

C'est en 1872, peu avant Belfort, sur une route accidentée et longeant une forêt de hêtres, à hauteur de Rougemont-le-Château, que Baruch Lehman rencontra Alphonse Muller, dit Fons. Celui-ci avait lu Proudhon, se disait anarchiste, avait exercé la profession de géomètre auprès d'un notaire de Mulhouse et se trouvait assis, au bord du chemin, sous un ciel changeant qui annonçait l'orage." (p.9)

Ainsi donc commence cet ouvrage. Comment résister à poursuivre et surtout pourquoi, puisque les phrases suivantes seront au moins aussi belles et tentatrices ? Un style littéraire hors du temps, une référence assumée -je pense- aux auteurs du dix-neuvième, juste un peu avant ou totalement contemporains à l'époque dont parle M Hirsch, Flaubert, Balzac et surtout Stendhal. Un réel plaisir, un régal assuré.

Et l'histoire maintenant ? Eh bien, à l'instar de Stendhal, elle se déroule lentement, sans cesse coupée par des descriptions splendides, des rappels historiques, et de multiples faits, toujours en lien avec la vie des deux héros. Baruch, devenu Bernard pour ne pas être doublement stigmatisé par ses origines alsaciennes et juives, devient l'un des principaux chefs de chantier de la Statue de la Liberté construite par Bartholdi avant d'être envoyée aux États-Unis. Il s'établira à Paris, épousera Rachel et fondera une famille. Fons deviendra géographe, franc-maçon, associé aux missions menées par Ferdinand de Lesseps avant le perçage du canal de Panama, ira partout dans le monde pour cartographier tel ou tel pays ou région. Mais chacun garde en tête Libertalia, cette colonie malgache.

Ce roman est celui de la quête éperdue de la liberté dans une époque en pleins bouleversements : l'avènement de la République, la reconstruction du pays après la guerre, la construction de quelques édifices importants (Statue de la Liberté, Tour Eiffel, le Sacré Cœur construit pour expier les crimes des communards, ...), la transformation de Paris (Haussmann vient tout juste de finir son travail commandé par Napoléon III), le désir des colonies : l'empire colonial français est quasiment à son apogée, il y a donc beaucoup à faire et à prendre dans ses terres lointaines, ...

"Et si la liberté n'était finalement pas une idée, mais bel et bien un endroit..." m'a écrit Mikaël Hirsch en dédicace, c'est exactement cela que Fons et Bernard vont chercher toute leur vie au risque de passer au travers de ce qu'ils vivent au quotidien, de ne pas y trouver leur bonheur -mais est-il un endroit lui aussi ?

Je pourrais encore parler de ce roman des heures tant il est dense : 140 pages qu'il ne faut pas lire trop vite, de peur de perdre le fil mais surtout pour ne pas rater un mot -aucun n'est superflu-, une phrase ou une tournure qui, personnellement, me font un bien fou et me plaisent de plus en plus à chaque livre de Mikaël Hirsch. Un auteur à lire absolument si vous ne l'avez point déjà fait ou à relire si vous avez déjà goûté à sa prose.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 07/09/2015 13:24

Un roman qui a l'air très dense malgré le peu de pages.

Yv 07/09/2015 13:26

Oui très dense, on y apprend plein de choses sur le Paris de l'époque et l'écriture est formidable

keisha 07/09/2015 08:51

Je sais que tu aimes beaucoup cet auteur!

Yv 07/09/2015 11:08

Oui, et j'espère à chacun de ses livres qu'on en parlera beaucoup

zazy 06/09/2015 20:59

Je suis en train de lire Notre Dame des Vents

Yv 07/09/2015 08:01

très bien également...

Laure 06/09/2015 17:59

Je n'ai jamais lu cet auteur, et tu as carrément réussi à me convaincre !

Yv 06/09/2015 20:45

Une découverte que je te propose et qui devrait te plaire

Kathel 06/09/2015 11:53

Tu me tentes, ça change des romans qu'on voit partout !

Yv 06/09/2015 12:11

Oui, comme souvent avec les éditions Intervalles et Mikaël Hirsch.