Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

L'étrange affaire du cadavre souriant

L'étrange affaire du cadavre souriant

L'étrange affaire du cadavre souriant, Miguel Miranda, L'Aube noire, 2014, (traduit par Vincent Gorse)...

Mario França, détective privé à Porto, est chargé d'enquêter sur la mort de Gladys Cleminson, ce cadavre qui sourit de manière étrange. La victime était l'actionnaire principale de la famille Cleminson, connue et réputée pour son excellent vin de Porto, mais aussi pour d'autres investissements lucratifs. Autant dire que sa mort suspecte perturbe la superficielle tranquillité de cette famille au-dessus de tout soupçon. Tous ont une bonne raison de se réjouir de cette disparition. Dans le même temps, Mario França se charge de retrouver l'assassin de Lopes Trotil, son ancien chef dans la clandestinité, du temps de Salazar. Il prend contact avec ses anciens camarades de combat, beaucoup de souvenirs de cette période remontent alors.

Mario França n'est pas un privé comme les autres. Sûr de ses qualités et de ses déductions qu'il juge infaillibles, il peut paraître agaçant, voire hâbleur, d'autant plus que c'est lui qui nous raconte cette histoire, à la première personne du singulier. Ça change un peu des détectives ou des flics désabusés, alcooliques ou déprimés ; Mario va plutôt bien. Sa technique est simple, il questionne, observe beaucoup, emmagasine toutes les informations qui décantent lentement dans son esprit. Les passages sur le divan défoncé de sa psy, Ophélia -qui l'y rejoint parfois-, l'aident également. Mon bémol viendrait du fait que nous aussi lecteurs, nous emmagasinons, mais sans le recours d'Ophélia, nous pouvons nous perdre dans tous les noms, j'avoue parfois n'avoir plus su si tel ou tel nom faisait partie de l'enquête sur Gladys ou sur Lopes, ce qui sera au final secondaire puisque comme convenu, les deux intrigues se rejoignent. Une autre réserve concerne quelques longueurs et répétitions inutiles, et pour être complet je précise que j'ai eu un peu de mal au début du bouquin, par sa construction : Miguel Miranda plonge son héros dans une situation que l'on ne comprend pas et arrivent ensuite, quelques lignes plus loin, les explications ; une fois le pli pris, ça va.

Pour revenir aux passages sur le divan d'Ophélia, ils aident Mario à mettre toutes ses idées en ordre et lui donnent accès à des retours en arrière sur sa vie de combattant contre la dictature de Salazar. Ce point est important car il permet d'entrer en plein cœur du mouvement qui amènera la Révolution des Œillets en 1974. Intéressant et instructif, même s'il peut paraître nécessaire de prendre des informations supplémentaires sur cette période au Portugal (bon point, c'est toujours bien un livre qui oblige à aller chercher des compléments d'information pour parfaire sa culture).

Finalement, malgré mes réserves, ce polar est bien agréable, changeant un peu les codes du héros revenu de tout. Mario França est parfois énervant dans ses certitudes mais on le suit avec plaisir et son mode de fonctionnement est original : il saisit les odeurs sur la scène de crime pour établir sa liste de suspects, il enregistre un document à peine l'a-t-il eu sous les yeux et fait preuve de plus d'intuition que de découverte de preuves matérielles. Et puis un héros n'a pas besoin d'être entièrement sympathique pour qu'on ait envie de suivre ses aventures, Mario França ne l'est pas, sans être antipathique et son assurance affichée est une façade qui cache des questionnements et des doutes que Miguel Miranda esquisse et a sûrement exploité dans ses autres romans dont il est le héros.

Ce roman a été écrit en 1998, il n'était pas le premier de l'auteur et d'autres ont suivi, notamment deux autres titres traduits et publiés chez le même éditeur : Quand les vautours approchent (écrit en 2004 et traduit en 2012) et Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel (écrit en 2011 et traduit en 2013). Les trois titres existent en collection poche

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emma 04/06/2015 08:38

J'étais presque tentée, une enquête à Porto : plutôt original mais tes quelques bémols me ralentissent grandement.

Yv 04/06/2015 08:59

C'est parce que je suis un lecteur un peu tatillon -c'est pour ne pas dire chiant- mais l'ensemble est un polar intéressant

Alex-Mot-à-Mots 28/05/2015 14:14

Vas-tu lire les romans suivants de cet auteur ? Ou peut-être les as-tu déjà lu ?

Yv 28/05/2015 14:16

Non, c'est le premier que je lis et sans être absolument enthousiaste, je lirais très volontiers la suite, avec pour objectif de passer de bons moments de lecture