Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Bingo's run

Bingo's run

Bingo's run, James A. Levine, Piranha, 2015 (traduit par Laurent Bury).....

Bingo a quinze ans. Il vit à Nairobi et court pour livrer les doses de drogues aux clients de Wolf son patron. Bingo est le plus rapide de tous, et comme il paraît à peine dix ans, il n'est jamais inquiété par la police. Un jour, Wolf lui confie une mission délicate et Bingo en la menant à bien est témoin du meurtre du plus gros dealer de Nairobi, le patron de Wolf. Bingo, pour se protéger, est alors obligé de se réfugier dans un orphelinat mené d'un main de fer par le père Matthew qui profite de sa situation pour gérer quelques affaires malhonnêtes et lucratives.

J'ai choisi ce livre sur trois critères : l'éditeur que j'aime bien, l'auteur qui m'avait déjà plu avec son formidable Le cahier bleu et la couverture que je trouve très réussie. Très bonne pioche ! Ce roman m'a emballé de bout en bout. Premier point, Bingo est un gamin attachant, débrouillard, une sorte de Gavroche kenyan du XXI° siècle. Il est de ces personnages de roman qu'on suit avec grand plaisir et pour qui on souhaite ardemment une fin heureuse -mais ça, je ne vous dirai pas... Il est roublard, filou, pas toujours très respectueux des filles ou des femmes qu'il rencontre, il peut même être cupide -dans sa situation d'enfant pauvre, qui ne le serait pas ?- mais chez lui, ça ne sonne pas comme des défauts majeurs, ce sont au pire des péchés de jeunesse, voire des qualités en ce qui concerne la roublardise ou la filouterie. On sent en lui d'énormes qualités humaines qui ne demandent qu'à s'exprimer.

Toutes les personnes qu'il rencontre, ses amis, ses clients, le prêtre, les filles sont importantes pour lui et de chacune il apprend quelque chose qui lui servira ; les seconds rôle du roman sont donc importants, bien décrits et très présents, notamment Slo-George l'ami de Bingo, à la placidité réconfortante -il me fait un peu penser au George du roman Des souris et des hommes de J. Steinbeck.

Le cahier bleu de James A. Levine parle de la prostitution enfantine, c'est un roman fort et dur. Bingo's run parle toujours des enfants pauvres dont certains profitent pour leur bénéfice, les dealers, les trafiquants divers. Bingo's run en mettant en scène un gamin des rues débrouillard est moins dur, plus enlevé, pas mal d'humour émaillent les pages, comme par exemple l'histoire de la multiplication des pains par Jésus racontée par le père Matthew, escroc et profiteur, version hilarante dont je vous livre la fin : "La parabole des cinq pains nous enseigne comment le Christ, en investissant l'amour de Dieu, a augmenté le capital et la richesse. Voilà comment Jésus a utilisé les cinq pains pour nourrir cinq mille personnes, grâce à un portefeuille d'investissements avisés. Vois-tu, Bingo, la volonté de Dieu était que la richesse croisse dans son temple et que Jésus, son élu, devienne son unique marchand ; car tel est l'amour d'un père pour son fils." (p. 73). Il reste néanmoins un roman assez dur sur les conditions de vie des enfants des rues dans certains pays d'Afrique qui n'ont pas la chance d'avoir le caractère optimiste et pragmatique de Bingo.

Un très beau roman, fort bien traduit dans une langue simple, accessible qui parlera à tout public. James A. Levine est un médecin-professeur émérite dans une clinique états-unienne. "C'est en parcourant le monde et plus particulièrement les pays émergents pour rédiger des rapports sur le travail des enfants dont les Nations Unies l'ont chargés que lui sont venus l'idée et même le besoin de témoigner, sous forme de fictions populaires, des conditions extrêmement violentes dans lesquelles grandissent et évoluent ses héros." (dossier de presse). Contrat réussi haut la main, comme lui je suis persuadé que les messages passent beaucoup mieux sous des formes pas trop formelles, le roman particulièrement. Bingo est un jeune homme que le lecteur gardera en tête comme la jeune Batuk du Cahier bleu, malheureux symbole de la prostitution enfantine.

Ne passez pas à côté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zazy 20/03/2015 14:21

Of course que je le note !! j'y courre même

Oncle Paul 20/03/2015 14:03

Bonjour Yv
Un roman noir sans mauvais jeu de mots... Je ne connaissais pas cet éditeur, va falloir que j'entrouvre son catalogue.
Amitiés

Emma 20/03/2015 11:50

Il a l'air sympa comme livre, j'aime la couverture, le titre et ton avis.

Yv 20/03/2015 13:16

Il est très bien de la couverture à mon avis, c'est dire...

le Merydien 20/03/2015 10:50

Afrique, réalité + couverture qui me plait bien à moi aussi, je prends .

Yv 20/03/2015 11:35

Bon choix

Kathel 20/03/2015 08:26

J'avais déjà entrevu ce livre sur un blog, et avais cru qu'il était en VO ! Je le note !

Yv 20/03/2015 08:48

Il est traduit et bien traduit. Un roman à lire